Interview de Bakari Tounkara – Champion du Monde de Kick Boxing – MuayThay

Les confessions du sportif

Portrait : Bakari, 34 ans, éducateur sportif, revient sur sa victoire au championnat du Monde 2014.

Noene: Quel type de sportif êtes-vous ?
BT : Je pratique plusieurs sports complémentaires comme la natation, la course à pied et le cyclisme, mais je suis avant tout un combattant. Depuis tout petit je rêvais de parvenir au plus haut niveau dans ma discipline.

Noene: Quels types de soins apportes-tu à tes pieds ?
BT : Rien de spécial, je fais de temps en temps une pédicure!

Noene: As-tu déjà utilisé des semelles spéciales pour absorber les chocs ?
>BT :
Non, le kick boxing se pratique généralement pied nu. Quand je donne mes cours, je donne quelques conseils sur les chaussures les plus adaptées, souples et légères, mais pas vraiment sur les semelles absorbantes.

Noene: Quels seraient tes conseils auprès de sportifs amateurs pour prévenir les risques de blessures ?
BT :
Je conseillerais d’abord une bonne alimentation et une hygiène de vie. En tant que boxeur on est très surveillés sur notre poids. Il faut bien choisir son matériel et les protections, avoir de bonnes chaussures adaptées pour le footing ou pour le sport en salle. Le renforcement musculaire est également primordial pour prévenir les chocs. Enfin, les phases de récupération et de repos permettent au corps de s’adapter et de se fortifier selon le rythme des entrainements.

Noene: As-tu des anecdotes de blessures aux pieds ?
BT :
J’ai eu une fracture du métatarse suite à un violent choc lors d’un combat, c’était très douloureux, j’ai du tout arrêter durant 6 mois. C’était très long et je n’étais pas habitué au repos total.

Noene: Quelle place occupe la course à pied dans ta carrière sportive et tes loisirs ?
BT :
Le footing fait partie intégrante de l’entrainement du boxeur, on doit travailler la souplesse et surtout les appuis. La condition physique est essentielle pour tenir tout un combat.

Noene: Quel est ton plus beau challenge sportif ?
BT :
Mon titre mondial en 2014 à la halle Carpentier devant mes supporters, mes amis et ma famille. C’était la consécration après tant d’années d’effort.

Noene: Quelles ont été les clés de ton succès ?
BT :
L’entrainement et la préparation. C’est l’aboutissement de ce que j’ai investi. J’ai eu une grosse préparation mentale pour me pousser toujours plus loin.

Le témoignage du professionnel

Noene: Bakari, peux tu résumer ton parcours professionnel ?
BT :
J’ai dédié la plupart de mon temps et de mon énergie à ma carrière sportive. La consécration est arrivée tardivement avec le titre mondial. Depuis, 2 ans, mon nouveau challenge est de faire aboutir les jeunes boxeurs. Je détecte beaucoup de potentiel chez les jeunes. Je veux leur transmettre mon expérience pour réussir. Il est important de bien gérer sa carrière pour limiter les blessures. Je prends de plus en plus à cœur mon rôle d’éducateur. Je passe en ce moment mon diplôme DEJEPS d’entraineur sportif (2e degré).

Noene: Beaucoup considèrent le sport comme une école de vie. En tant qu’enseignant quels sont tes plus grands apprentissages ?
BT :
J’ai appris ce qu’était la persévérance, la détermination et le sens de l’effort. Le sport m’a apporté une reconnaissance et une confiance en moi. Du coup, j’ai abordé plus sereinement « le savoir être » et les valeurs du sport. C’est une ouverture vers le rôle d’éducateur et d’entraineur.

Noene: Quel est ton sentiment concernant le sport et la santé ?
BT :
Pour faire simple « le sport c’est la santé » !

Noene: Penses-tu qu’il y a des progrès pour sensibiliser le public ?
BT :
A part à la télé où la campagne « manger 5 fruits et légumes par jour » est très présente, je trouve qu’il y a une grande ignorance, surtout chez les jeunes. Ils ne connaissent pas leur corps et encore moins la façon de l’entretenir…

Noene: Que penses-tu de la place du sport au sein des écoles, des collèges, des lycées et des universités ?
BT :
Le sport scolaire tient un petit rôle en France, comparé à nos voisins allemands et anglais. A mon sens, dès la petite enfance, le sport doit être favorisé. C’est dommage car on ressent un désistement chez les lycéens. Ils sont difficiles à motiver.

Noene: Si tu pouvais écrire sur un blog, quels seraient tes sujets ?
BT :
Si je devais écrire, je pense que j’aimerais aborder le difficile écart entre l’argent qui circule dans le football et celui des autres sports. Je le ressens comme une injustice. Je me sens comme sur une autre planète. Je m’entraine dur, je prends des coups, je suis Champion du Monde et les retours sont dérisoires. La boxe est lambda au sein des médias. C’est un secteur réservé aux puristes. Et pourtant en France, il y a beaucoup de talents!

Noene: Quelle est ta devise ?
BT :
« Ne jamais lâcher »

Noene: Et le mot de la fin…
BT :
Vivre son rêve, jusqu’au bout, cela n’a pas de prix !

Merci Bakari pour ce témoignage.
Bravo pour ton titre de champion du Monde et le temps que tu consacres aux autres…